Pat Hentgen

En vedette : Pat Hentgen

Né en 1968 à Détroit au Michigan, Hentgen a été associé aux Blue Jays de Toronto pendant 26 ans, soit comme joueur, entraîneur, ambassadeur ou assistant spécial. L’intense lanceur droitier a été repêché par les Jays en cinquième ronde en 1986 et a fait ses débuts avec la formation en 1992. Il avait alors pris part à 28 parties, principalement en relève, lors de l’année de la première conquête de la Série mondiale.

La saison suivante, il a été inséré dans la rotation des lanceurs partants, se forgeant une réputation de joueur tout-étoile. Il a remporté 19 victoires et a gagné le match #3 de la Série mondiale, aidant les Jays à mettre la main sur un deuxième titre consécutif. À partir de ce moment, l’athlète de 6 pieds et 2 pouces est devenu l’as de la rotation. Il a pris part à son deuxième match des étoiles en 1994, a gagné 20 matchs, a lancé le plus de manches dans l’Américain (265,2), a complété le plus de matchs (10) et a réussi le plus de jeux blancs (3) en 1996 tout en devenant le premier Jays à gagner le trophée Cy Young. Il a également dominé l’année suivante, menant la Ligue pour les matchs débutés (35), les manches lancées (264), les matchs complétés (9) et les jeux blancs (3).

Biographie complète ici.

Wayne Norton

En vedette : Wayne Norton

Né en 1942 à Winnipeg au Manitoba, Norton a joué 1206 matchs dans les rangs mineurs, incluant cinq saisons au niveau AAA, avant de devenir un dirigeant et un dépisteur fort respecté au Canada. Au milieu des années 1970, Norton a mis sur pied l’équipe nationale junior de Baseball Canada, en plus de diriger cette équipe pendant de nombreuses années, tout en étant dépisteur à temps partiel pour les Expos de Montréal. Il a aussi dirigé la formation canadienne aux Jeux panaméricain de 1975, aidé à la création de Baseball Colombie-Britannique en 1977 et créé le premier guide des entraîneurs de Baseball Canada. Plusieurs lignes directrices venant de ce manuel sont toujours utilisées aujourd’hui.

En 1986, Norton a créé la National Baseball Institue (NBI) à Vancouver et a engagé John Haar (intronisé en 2007) comme premier entraîneur. La NBI est devenue la meilleure académie à avoir existé au Canada et sert souvent d’exemples pour les autres. Notons certains diplômés qui ont déjà joué dans les Majeures : Matt Stairs (Fredericton, N.-B.) et Corey Koskie (Anola, MB), intronisés en 2015, Denis Boucher (Montréal, QC), Steve Sinclair (Victoria, C.-B.), Paul Spoljaric (Kelowna, C.-B.), Rob Butler (East York, ON), Jason Dickson (Miramichi, N.-B.), Aaron Guiel (Vancouver, C.-B.) et Derek Aucoin (Lachine, QC).

Biographie complète ici.

Plusieurs grands noms en lice pour le prix Tip O’Neill du Temple de la renommée du baseball canadien

Plusieurs grands noms en lice pour le prix Tip O’Neill du Temple de la renommée du baseball canadien

St-Marys, Ontario – Alors que la saison de baseball a été chamboulée en raison de la pandémie de la COVID-19, plusieurs Canadiens se sont tout de même illustrés.

Dans les Ligues majeures, les lanceurs Canadiens Cal Quantrill (Port Hope, ON) et Jordan Romano (Markham, ON) se sont imposés comme des releveurs de confiance chez les Indians de Cleveland et les Blue Jays de Toronto, respectivement. À l’attaque, après avoir été échangé des Padres de San Diego aux Indians en compagnie de Quantrill, Josh Naylor (Mississauga, ON) a établi un record des Majeures en frappant en lieu sûr lors de ses cinq premières présences au bâton en séries et Vladimir Guerrero fils (Montréal, QC) a aussi pris part à ses premières séries éliminatoires après avoir éclipsé tous les autres frappeurs canadiens avec 58 coups sûrs au cours de la saison.

'Neill St. Louis

Dans la Ligue nationale, Rowan Wick (North Vancouver, C.-B.) a continué d’exceller dans son rôle de releveur de fin de match pour les Cubs de Chicago pendant que Tyler O’Neill (Maple Ridge, C.-B.), voltigeur des Cardinals de Saint-Louis, épatait la galerie avec son jeu défensif, se méritant même au passage un Gant doré. Pour sa part, Joey Votto (Etobicoke, ON), des Reds de Cincinnati, a frappé 11 circuits, le plus haut total pour un joueur canadien cette saison.


Alors que ces joueurs canadiens brillaient en Amérique du nord, d’autres s’illustraient en Asie. Jamie Romak (London, ON) a de nouveau excellé avec les SK Wyverns de la KBO (Corée), claquant 32 circuits et réussissant 32 doubles en 139 parties et Andrew Albers (North Battleford, SK), après une campagne 2019 écourtée en raison d’une blessure, a rebondi en maintenant une moyenne de points mérités de 3,28 en 16 matchs avec les Buffaloes d’Orix de la Ligue du Japon.

Alors, avec une année remplie d’exploits de la sorte, comment choisir le Canadien s’étant le plus démarqué?

C’est ce dilemme que doit tenter de résoudre le Temple de la renommée du baseball canadien et l’organisation aimerait connaître votre opinion afin de décerner au meilleur joueur du Canada son prix James « Tip » O’Neill 2020. Cet honneur est remis annuellement au joueur canadien qui a excellé de façon individuelle et apporté une grande contribution à son club tout en adhérant aux plus grands idéaux du baseball.

Le Temple vous encourage donc à voter pour les joueurs qui, selon vous, se sont le plus illustrés. Vous avez jusqu’au jeudi 19 novembre à midi (HNE) pour le faire via courriel (envoyez vos trois choix en ordre d’importance) à l’adresse baseball@baseballhalloffame.ca ou via notre site web www.baseballhalloffame.ca.

Le vote des amateurs est l’un des critères que le Temple prendre en considération pour faire son choix. Le nom du gagnant sera dévoilé le 3 décembre prochain.

Voici un résumé des faits et gestes des principaux candidats pour l’année 2020 en ordre alphabétique. Le Temple vous invite également à voter pour des joueurs ne faisant pas partis de cette liste.

Andrew Albers (North Battleford, SK)

Après une saison 2019 écourtée en raison d’une blessure, le lanceur gaucher de 35 ans était de retour en 2020 avec les Buffaloes d’Orix de la Ligue du Japon. Le partant a maintenu une MPM de 3,28 en 16 matchs, retirant au passage 68 frappeurs au 90,2 manches lancées.

Brock Dykxhoorn (Goderich, ON)

Le grand lanceur droitier de 6 pieds et 8 pouces a été nommé le meilleur joueur de la série de Taïwan après avoir mené les Lions Uni-President 7-ELEVEN au championnat de la Ligue professionnelle chinoise. Dykxhoorn a récolté une victoire et a sauvegardé une partie dans la finale poussée à la limite de sept matchs contre CTBC Brothers. Il n’a donné qu’un point mérité en 17 manches. En saison régulière, il a compilé une fiche de 5-3, une MPM de 5,81 en 13 apparitions, dont 12 départs, pour les Lions.

Vladimir Guerrero fils (Montréal, QC)

Le puissant cogneur de 21 ans a connu une deuxième saison fort satisfaisante avec les Blue Jays de Toronto. Il a maintenu la meilleure moyenne au bâton de tous les frappeurs canadiens (,262), pourcentage de puissance (,462), points marqués (34), coups sûrs (58), doubles (13) et points produits (33) tout en participant aux 60 matchs des siens. Il a de plus vécu pour la première fois les séries de fin de saison, frappant un coup sûr en sept présences dans la série du deuxième as contre les Rays de Tampa Bay.

Josh Naylor (Mississauga, ON)

Après avoir frappé pour ,278 en 18 parties avec les Padres de San Diego, le frappeur gaucher a été échangé aux Indians de Cleveland en compagnie de son compatriote Cal Quantrill (Porte Hope, ON) le 31 août dernier. En 22 matchs avec sa nouvelle équipe, il a maintenu une moyenne de ,230 puis a excellé en séries contre les Yankees de New York. Le jeune frappeur a établi un record des Majeures en mettant la balle en lieu sûr au cours de ses cinq premières présences au bâton. Il est d’ailleurs devenu seulement le deuxième joueur des Majeures (après Chris Burke en 2005 avec les Astros de Houston) a frappé quatre coups de plus d’un but à ses cinq premières présences au bâton en séries. En tout, Naylor a complété la série avec 5-en-7 (,714) avec trois doubles et un circuit en deux matchs.

Tyler O’Neill (Maple Ridge, ON)

Après quelques séjours sporadiques avec les Cardinals de Saint-Louis en 2018 et 2019, O’Neill a obtenu le poste de voltigeur de gauche partant cette saison et a frappé un sommet de sept circuits en 50 matchs. Il a aussi excellé en défensive, récoltant au passage le Gant doré et un prix Fielding Bible. L’athlète de 25 ans a sauvé neuf points en défensive et a effectué 89 retraits pour un taux d’efficacité de 1,000. Il est devenu le premier canadien à récolter un prix Fielding Bible et le premier canadien depuis son concitoyen Larry Walker en 2002 à gagner un Gant doré.

Cal Quantrill (Port Hope, ON)

Quantrill a débuté sa deuxième saison en carrière avec une fiche de 2-0 et une MPM de 2,60 en dix présences au monticule, dont un départ, avec les Padres avant de prendre le chemin de Cleveland avec Josh Naylor le 31 août dernier. Avec sa nouvelle formation, il est demeuré le même efficace et versatile lanceur, maintenant une MPM de 1,84 en huit présences, dont deux départs. Il a finalement complété la saison 2020 avec une MPM de 2,25 en 18 présences et le plus de manches lancées par un Canadien (32), le plus de retraits sur des prises (31) et à égalité avec Jordan Romano (Markham, ON) pour les victoires (2). Il a également fait ses débuts en séries éliminatoires lors de la neuvième manche du deuxième match de la série opposant les Indians aux Yankees de New York. Il a retiré sur des prises Aaron Hicks pour mettre fin à la manche.

Jamie Romak (London, ON)

Alors que ses collègues des Majeures disputaient une saison écourtée de 60 matchs, Romak a disputé 139 parties pour les SK Wyverns de la Ligue de la Corée où il a fait résonner son bâton. Il a terminé la campagne avec une moyenne de ,382, 32 circuits et 91 points produits, frappant au passage 32 doubles et soutirant 91 buts sur balles. Il a aussi marqué 85 points et affiché une moyenne de présence sur les buts de ,399, une moyenne de puissance de ,546 et une OPS de ,945. Ces trois dernières statistiques sont des sommets parmi tous les joueurs canadiens ayant joué en 2020.

Jordan Romano (Markham, ON)

Après avoir participé à 17 matchs pour les Blue Jays de Toronto en 2019, le puissant lanceur droitier s’est révélé être tout un atout comme releveur de fin de match cette année. L’athlète de 6 pieds et 5 pouces n’a permis aucun point ni coup sûr au cours de ses huit premières présences sur la butte. En 15 matchs, il a présenté une MPM de 1,23 et une moyenne WAR de 1,1, soit les meilleures statistiques de tous les lanceurs canadiens en 2020. Les deux victoires à sa fiche le placent aussi au premier rang, à égalité avec Quantrill. Il a récolté deux sauvetages et retiré 21 frappeurs sur des prises en 14 manches et deux tiers de travail avant de se retrouver sur la touche en raison d’une blessure au doigt.

Abraham Toro (Longueuil, QC)

À sa deuxième saison dans les Majeures, Toro a disputé 33 parties pour les Astros et a frappé en lieu sûr à 13 reprises, dont 2 fois pour des doubles et 3 fois pour des circuits. En soutirant un but sur balles en remplaçant le receveur Martin Maldonado lors de la neuvième manche du troisième match de la série de championnat de la Ligue américaine, Toro est devenu le premier canadien depuis Terry Puhl (Melville, SK) en 1980 à faire une apparition dans un match des séries pour les Astros.

Joey Votto (Etobicoke, ON)

Le vétéran joueur de premier-but des Reds de Cincinnati est celui qui a frappé le plus de circuits (11) parmi tous les Canadiens cette saison en plus de recevoir le plus haut total de buts sur balles (37), la meilleure moyenne de présence sur les buts (,354) et OPS (,800). Il a aussi marqué 32 points et en a produit 22 en 54 matchs, aidant les siens à faire une présence en séries pour la première fois depuis 2013.

Rowan Wick (North Vancouver, C.-B.)

Ce lanceur droitier a de nouveau été employé comme releveur de fin de match chez les Cubs de Chicago cette saison. Il a été lanceur canadien le plus utilisé, faisant 19 présences au monticule, et celui qui a sauvegardé le plus de victoires (4). Il a maintenu une MPM de 3,12 et a fait 20 victimes en 17 manches et un tiers avant de se blesser.

Malheureusement, les deux plus récents lauréats du prix Tip O’Neill, James Paxton (Ladner, C.-B.) et Mike Soroka (Calgary, AB), ont vue leur saison prendre fin abruptement en raison de blessures. Paxton a compilé un dossier de 1-1 avec une MPM de 6,64 en cinq départs avec les Yankees de New York avant de subit une blessure au bras. Chez les Braves d’Atlanta, Soroka avait une fiche de 3,95 en trois départs avant de se déchirer le talon d’Achille le 3 août dernier.

Le lanceur droitier Nick Pivetta (Victoria, C.-B.) a également pris part à cinq matchs des Majeures cette saison, avec les Phillies de Philadelphie et les Red Sox de Boston.

James « Tip » O’Neill, natif de Woodstock, Ontario, a été l’une des premières vedettes des Ligues majeures. Avec les Browns de Saint-Louis de l’Association américaine en 1887, O’Neill a établi des records pour les coups sûrs, les doubles, le pourcentage de puissance et le total de buts, en plus de terminer la campagne avec une moyenne au bâton de ,492, un autre record. Les buts sur balles étaient comptabilisés comme des coups sûrs en 1887, mais si nous calculions sa moyenne selon les standards d’aujourd’hui, elle serait de ,435, bonne pour le deuxième rang de tous les temps derrière Hugh Duffy (,440 en 1894).

LAURÉATS :

1984 – Terry Puhl
1985 – Dave Shipanoff
1986 – Rob Ducey
1987 – Larry Walker
1988 – Kevin Reimer
1989 – Steve Wilson
1990 – Larry Walker
1991 – Daniel Brabant
1992 – Larry Walker
1993 – Rob Butler
1994 – Larry Walker
1995 – Larry Walker
1996 – Jason Dickson
1997 – Larry Walker
1998 – Larry Walker
1999 – Jeff Zimmerman
2000 – Ryan Dempster
2001 – Corey Koskie
2001 – Larry Walker
2002 – Eric Gagné
2002 – Larry Walker
2003 – Eric Gagné
2004 – Jason Bay
2005 – Jason Bay
2006 – Justin Morneau
2007 – Russell Martin
2008 – Justin Morneau
2009 – Jason Bay
2010 – Joey Votto
2011 – Joey Votto
2011 – John Axford
2012 – Joey Votto
2013 – Joey Votto
2014 – Justin Morneau
2015 – Joey Votto
2016 – Joey Votto
2017 – Joey Votto
2018 – James Paxton
2019 – Mike Soroka
2020 – ???????

George Wood 2011 Induction Photo

En vedette : George Wood

Le champion frappeur de circuits de la Ligue nationale en 1882 est également l’un des huit Canadiens à diriger une équipe dans les Majeures (143 matchs à Philadelphie en 1891) et l’un des six à arbitrer (de 1886 à 1898). Le talentueux voltigeur a mené la Ligue nationale pour les retraits (226) en 1883 et pour les assistes (35) en 1890. Sa moyenne au bâton en carrière se situe à ,273, alors qu’il a cogné 1467 coups sûrs, 228 doubles, 132 triples (un record chez les Canadiens), 68 circuits et produit 601 points tout en volant 113 buts.

Élu au Temple de la renommée des sports de l’Île-du-Prince-Édouard en 2009, il a fait partie de la première équipe professionnelle à jouer à Cuba (1879-1880). À sa première semaine dans les Ligues majeures, Wood a effectué le premier retrait du 11e triple jeu de l’histoire. Il était le voltigeur de gauche lorsque son lanceur a réussi le premier match parfait connu de l’histoire du baseball le 12 juin 1880 et a été coéquipier d’Arthur Irwin et Tip O’Neill, maintenant membres du Temple de la renommée. Wood est devenu le premier Canadien à réussir un carrousel, le 12 juin 1885 (O’Neill l’a fait deux fois deux ans plus tard). Son dernier circuit dans les Majeures a été réussi aux dépends de Clark Griffith père de Calvin et grand-oncle de Sherry Robertson, tous deux intronisés.

Biographie complète ici.

Moseby, Lloyd

En vedette : Lloyd Moseby

Né à Portland dans l’Arkansas en 1959, Lloyd Moseby a grandi à Oakland, en Californie. Les Blues Jays de Toronto en ont fait leur premier choix, le deuxième au total, en 1978. Cette même année, le frappeur gaucher a débuté sa carrière professionnelle dans la Ligue des recrues avec les Blue Jays à Medicine Hat et a rapidement gravi les échelons jusqu’aux Majeures, en 1980.

Le charismatique voltigeur allait devenir le voltigeur de centre partant des Blue Jays pendant dix saisons. Il a connu sa meilleure saison en carrière en 1983 alors qu’il a terminé la campagne avec une moyenne au bâton de ,315, 18 circuits, 31 doubles, 7 triples et 27 buts volés. En défensive, il a récolté 11 assistances, un sommet chez les voltigeurs de centre l’Américaine. Il est devenu le premier voltigeur des Jays à recevoir un bâton d’argent et c’est sans surprise qu’il a été nommé le joueur de l’année à Toronto. Il a aussi été nommé sur l’équipe d’étoiles du Sporting News et de Baseball America.

Biographie complète ici.

Museum front with garden

Abonnement au Temple de la renommée pour 2021

Abonnement au Temple de la renommée pour 2021

C’est le meilleur moment de l’année pour les amateurs de baseball et les membres du Temple de la renommée et musée du baseball canadien!

Museum front with garden

Oui, 2020 est une bien drôle d’année. Nous avons pris la difficile décision de remettre la cérémonie annuelle d’intronisation d’abord prévue en juin et retardé l’ouverture du musée au mois de juillet. Toutefois, tout au long de l’année, des partisans ont communiqué avec nous pour nous dire comme ils s’ennuyaient de leur sport et de leur visite au musée. Nous avons hâte de vous retrouver, et plusieurs autres, en 2021, afin de célébrer le baseball à notre musée et sur nos terrains de baseball. Entre temps, nous nous tiendrons occupé à numériser notre grande collection et nous mettrons en place de nouvelles initiatives directement au musée et à travers tout le pays à temps pour la nouvelle année.

En plus, nous sommes fiers de la liste de candidats en lice pour le prix Tip O’Neill avec tous les Canadiens qui connaissent présentement une excellente saison dont Rowan Wick, Jordan Romano, Vladimir Guerrero fils, Cal Quantrill, Joey Votto et Jamie Romak pour ne nommer que ceux-là.

Baseball hall of fame

Le weekend d’intronisation 2021 aura lieu du 17 au 20 juin directement au musée et débutera avec la soirée d’ouverture, suivi du tournoi de golf et du banquet et finalement la journée d’intronisation le samedi 19 juin.

La raison d’être du Temple de la renommée et musée du baseball canadien n’a jamais été si évidente que maintenant alors que nous conservons les détails de l’histoire et du développement du baseball. Cet héritage demeurera dans notre musée pour toujours grâce à votre soutien.

Votre soutien est grandement apprécié et nous espérons pouvoir compter sur votre appui de nouveau en 2021, qui promet d’être très intéressante avec le nouveau musée et les nombreux événements prévus.

Veuillez compléter le formulaire ICI et nous le retourner dès que possible. Vous pouvez également renouveler en ligne ICI. Pour chaque abonnement, vous recevrez un reçu d’impôt représentant une partie du montant déboursé.

Veuillez communiquer avec nous pour de plus amples informations et merci d’avance pour votre abonnement pour la saison 2021.

Steve rogers

En vedette : Steve Rogers

Choisi par les Expos de Montréal en première ronde du repêchage de 1971, Steve Rogers a fait des arrêts à Winnipeg et à Québec avant de faire le saut avec le grand club le 18 juillet 1973. L’intense lanceur droitier fera une bonne première impression, limitant les Astros de Houston à deux points en huit manches de travail à son premier départ puis en ne donnant qu’un coup sûr et obtenant le jeu blanc contre les Phillies de Philadelphie à son deuxième. Ses dix victoires et sa moyenne de points mérités de 1,54 lui ont valu le titre de recrue de l’année chez les lanceurs de la Ligue nationale selon la revue Sporting News et une place sur l’équipe d’étoiles des recrues annoncée par Topps.

Au cours de ses 13 saisons dans les Majeures, Rogers a récolté 15 victoires ou plus cinq fois et était continuellement parmi les meneurs de la Ligue pour les manches lancées et la moyenne de points mérités. L’as lanceur des Expos a lancé le plus de matchs complets (14) dans la Ligue en 1980 et le plus de jeux blancs (5) en 1979 et 1983. Rogers a lancé plus de 250 manches six fois et était à son meilleur lors des séries de 1981, gagnant contre Steve Carlton deux fois dans la série de division. L’année suivante, il a gagné 19 matchs et mené la Nationale avec une MPM de 2,40, terminant deuxième dans la course au Cy Young.

Biographie complète ici.

Pedro martinez

En vedette : Pedro Martinez

Né à Manoguayabo en République dominicaine en 1971, Pedro Martinez a signé avec les Dodgers de Los Angeles en tant qu’agent libre en 1988. Il a surtout été utilisé comme releveur au cours des deux premières saisons avec les Dodgers avant d’être échangé aux Expos le 19 novembre 1993 contre Delino DeShields.

C’est avec la formation montréalaise que sa carrière a vraiment décollé. Membre clé de la rotation des Expos en 1994, alors que l’équipe avait une avance de six parties en tête de la division Est de la Ligue nationale lors du déclenchement de la grève qui allait annuler le reste de la saison et la série mondiale, Martinez allait devenir le pilier de cette équipe. Après avoir récolté 14 victoires et maintenu une moyenne de points mérités de 3,51 en 30 départs en 1995, il a été invité à son premier match des étoiles en 1996. Cette année-là, il a gagné 13 matchs et retiré 222 frappeurs sur des prises en 216 manches et deux tiers.

Biographie complète ici.

En vedette : Phil Marchildon

Alors qu’il travaillait à la mine Creighton à Sudbury et qu’il était la vedette de leur équipe de baseball, Phil Marchildon s’est laissé convaincre d’aller à un camp d’essai des Maple Leafs de Toronto de la Ligue internationale en 1938. Le puissant lanceur droitier a retiré sur des prises sept des neuf frappeurs qu’il a affrontés et se présentera au camp d’entraînement le printemps suivant.

Après deux saisons avec les Leafs, les A’s de Philadelphie ont acheté son contrat. À sa première campagne dans les Ligues majeures, il a gagné 10 parties pour les pauvres A’s dirigés par Connie Mack. Il a encore mieux fait l’année suivante, récoltant 17 victoires et devenant l’as de la rotation de l’équipe en 1942.

Biographie complète ici.

En vedette : Jack Kent Cooke

Un vendeur naturel, Jack Kent Cooke est né à Hamilton mais a déménagé dans le quartier Beaches à Toronto en 1921. À l’âge de 14 ans, il connaissant déjà le succès en vendant des encyclopédies de maison en maison. Il a ensuite dirigé quelques compagnies, dont des stations de radio et des journaux, puis a acheté les Maple Leafs de Toronto de la Ligue internationale en 1951.

Sous son règne flamboyant, de 1951 à 1963, l’équipe a attiré 3,3 millions de partisans au Maple Leaf Stadium a gagné quatre championnats (1954, 1956, 1957 et 1960). Créatives et souvent excentriques, les promotions créaient l’événement aux matchs des Leafs. Pour son implication, il a été nommé le dirigeant des Ligues mineures par la revue Sporting News en 1952, année où les Leafs ont vendu 446 040 billets, soit plus que bien des équipes des Ligues majeures.

Biographie complète ici.