Morneau, Olerud, Ward et Doucet intronisés au Temple de la renommée du baseball canadien

St-Marys, Ontario – Le Temple de la renommée du baseball canadien a fait son choix pour les intronisations 2020. Il y aura donc deux joueurs de premier-but étoiles ayant déjà gagné des titres de meilleur frappeur, le releveur le plus efficace de l’histoire des Blue Jays de Toronto et la voix francophone des Expos de Montréal.

Le Canadien Justin Morneau (New Westminster, C.-B.), l’ancien joueur de premier-but des Blue Jays John Olerud, l’ancien releveur numéro un des Blue Jays Duane Ward et la voix radiophonique des Expos Jacques Doucet seront intronisés au Temple lors d’une cérémonie qui aura lieu le 20 juin à St-Marys.

« Cette année, chaque intronisé a eu un impact important sur le baseball au Canada, a dit Scott Crawford, le directeur des opérations du Temple de la renommée. Je suis fier de pouvoir les honorer pour leur fantastique carrière au mois de juin à St-Marys. »

Biographie sur les intronisés

Justin Morneau

Né à New Westminster (Colombie-Britannique) en 1981, Justin Morneau a développé son talent avec les Blue Jays de North Delta dans la Ligue de baseball Premier de sa province et avec l’équipe nationale junior du Canada avant d’être choisi par les Twins du Minnesota à la troisième ronde du repêchage de 1999.

Le frappeur gaucher canadien a débuté sa carrière dans les ligues mineures en tant que receveur mais a été converti en joueur de premier-but dans la Ligue des recrues en 2000. En cinq campagnes dans les mineures, il est devenu l’un des plus importants espoirs de l’organisation, ayant été invité à deux matchs Futures (2002 et 2004) avant d’être rappelé par le grand club le 10 juin 2003.

Morneau a ensuite passé dix saisons avec les Twins et est devenu l’un des cogneurs les plus redoutés de la Ligue américaine. Entre 2003 et 2013, il a participé quatre fois au match des étoiles (2007 à 2010), a gagné deux bâtons d’argent (2006 et 2008), a connu quatre saisons de 100 points produits ou plus – égalant la marque de Larry Walker pour le plus de points produits par un frappeur canadien avec 130 en 2006 – et a gagné le titre de joueur le plus utile à son équipe la même année, devenant le premier et seul à ce jour à remporter cet honneur dans l’Américaine. En 2008, il a gagné le concours de coup de circuits du match des étoiles, également le premier Canadien et seul à ce jour à réussir l’exploit. Il a été nommé le joueur le plus utile chez les Twins à deux reprises (2006 et 2008).

Le 31 août 2013, Morneau a été échangé aux Pirates de Pittsburgh et les a aidés à se qualifier pour les séries pour la première fois depuis 1992. Pendant la saison morte, il a signé une entente avec les Rockies du Colorado et a frappé pour ,319, remportant le titre de meilleur frappeur dans la Nationale et devenant seulement le second Canadien à réussir l’exploit après Larry Walker. Il a joué une autre saison au Colorado avant de disputer sa derrière campagne en carrière avec les White Sox de Chicago en 2016.

Au cours de sa carrière, Morneau a continué de défendre les couleurs de l’équipe nationale, comme il l’avait fait avec l’équipe junior en 1999. Il a participé à la Coupe du monde en 2001, aux qualifications olympiques en 2003 et à quatre Classiques mondiales. Il a vu son nom être gravé au mur d’excellence de Baseball Canada en 2010.

Au total, Morneau a joué 14 saisons dans les Majeures et se classe dans le top cinq parmi les joueurs canadiens dans plusieurs départements offensifs : deuxième pour les points produits (985), troisième pour les coups sûrs (1603), les doubles (349) et le nombre de buts (2739) et quatrième pour les circuits (247). Il a aussi remporté trois fois le prix Tip O’Neill du Temple de la renommée du baseball Canadien (2006, 2008 et 2014).

Au cours des dernières années, Morneau a travaillé comme analyste pour le réseau des Twins et sur le plateau Sportsnet Central pour la couverture de la Série mondiale.

Le natif de New Westminster en Colombie-Britannique a également été très actif dans des activités caritatives. Chaque année, à Minneapolis, il dirige une collecte de manteaux d’hiver pour l’Armée du Salut. Cette collecte a recueilli plus de 40 000 manteaux de la part de généreux donateurs au cours des 10 dernières années. Il a également aidé à organiser des collectes de fonds pour l’arthrite juvénile, sensible à cette maladie dont soufre sa nièce Maddie. Dans le cadre de ses efforts pour cette cause, il organise annuellement une soirée casino qui, à ce jour, a permis de recueillir plus d’un million de dollars pour la Fondation de l’arthrite. Cette somme a permis, entre autres, à des enfants atteints d’arthrite de participer au Camp Cambria, spécialisé pour les jeunes atteints d’arthrite. Morneau a également soutenu la « United Heroes League », une organisation qui fournit du matériel de sport et qui assume les frais d’inscription pour les enfants des familles de militaires. Il est aussi l’hôte d’un tournoi de pêche sur glace, qui se tient sur le lac Mille Lacs au Minnesota, au profit de la « United Heroes League ».

Pour ses implications en dehors du terrain, Morneau a reçu le prix Carl R. Pohlad pour son dévouement communautaire en 2009 et a gagné quatre fois le prix Bob Allison (2008, 2012-13 et 2015) pour sa détermination, sa ténacité, son esprit compétitif et son leadership.

« Lorsque j’ai appris la nouvelle de mon intronisation au Temple de la renommée du baseball canadien, j’ai été honoré », a déclaré Morneau. « Puis, constatant avec quels collègues j’étais intronisé, John Olerud, Duane Ward et Jacques Doucet, j’étais tout simplement à court de mots. Penser que mon nom est associé à ces membres éminents qui ont eu un si grand impact sur le baseball au Canada est vraiment très gratifiant. J’ai hâte d’être à St Marys cet été pour célébrer en personne avec mes collègues intronisés. Merci au corps électoral et au Temple de la renommée pour cet honneur incroyable… et surtout merci au Temple pour tout ce qu’il réalise pour le baseball au Canada. »

John Olerud

Après avoir été sélectionné en troisième ronde du repêchage de 1989 par les Blue Jays de Toronto, Olerud a fait le saut de l’Université Washington State aux Ligues majeures. Un excellent lanceur et joueur de premier-but au niveau collégial, Olerud a fait ses débuts chez les professionnels le 3 septembre 1989 en cognant un simple lors de sa première présence au bâton. Il devenait seulement le deuxième choix des Blue Jays à passer des rangs universitaires aux Majeures après le receveur Brian Milner en 1978.

Après trois coups sûrs en huit présences au moins de septembre, le frappeur gaucher a décroché un poste régulier, principalement comme frappeur de choix, en 1990. En 111 matchs, il a réussi 14 circuits et maintenu une moyenne de présence sur les buts de ,364. Les Jays l’ont nommé la recrue de l’année et il a terminé quatrième pour le titre dans la Ligue américaine.

Régulier au bâton et en défensive, Olerud est devenu le joueur de premier-but à temps plein de l’équipe en 1991. Au cours des trois saisons suivantes, il a été un joueur important dans les trois championnats de division et les deux Séries mondiales gagnées. Il a connu sa meilleure campagne en 1993 alors qu’il a frôlé la moyenne de ,400 pour une bonne partie de la saison. Il a finalement terminé avec une moyenne de ,363. Il est devenu le premier Blue Jay, et toujours le seul à ce jour, à gagner le titre de champion frappeur de la Ligue américaine. Au cours de cette saison historique, il a également terminé premier pour les doubles (54), pour la présence sur les buts (,473) et présence plus puissance (1.072). Il a terminé au troisième rang pour le titre de joueur le plus utile dans l’Américaine.

Au total, Olerud a disputé 920 parties en saison régulière pendant huit saisons avec les Blue Jays. Il est le meneur de l’équipe pour la moyenne de présence (,395), deuxième pour les buts sur balle intentionnels (87), quatrième pour les buts sur balles (514) et sixième pour la moyenne au bâton (,293). Ses statistiques de la saison 1993 demeurent à ce jour des records chez les Jays : moyenne de ,363, moyenne de présence sur les buts de ,473 et 33 buts sur balles intentionnels.

Olerud a été échangé aux Mets de New York en retour du lanceur Robert Person le 20 décembre 1996. Trois saisons plus tard, il s’est retrouvé avec les Mariners de Seattle, de sa ville natale, pendant cinq campagnes. Il a terminé sa carrière avec des présences dans l’uniforme des Yankees de New York et des Red Sox de Boston. En 17 saisons dans les Majeures, il a participé à deux matchs des étoiles et a reçu trois gants dorés. Sa moyenne au bâton en carrière est de ,295, une moyenne de présence de ,398 (au 65e rang dans l’histoire des Majeures) et 2239 coups sûrs.

En 2007, Olerud a été intronisé au Temple de la renommée du baseball collégial et en 2016, a été nommé sur l’équipe du siècle de la conférence Pac-12 pour son jeu au bâton et ses réussites au monticule.

Pour plusieurs, le gentil joueur était une inspiration. Avant sa saison junior au collège, il a été victime d’un anévrisme cérébral potentiellement mortel. Il a travaillé fort pour s’en remettre et revenir au jeu et connaître une carrière exceptionnelle. Ses performances et sa persévérance lui ont valu le prix Hutch en 1993 remis par les Ligues majeures. Cet honneur est décerné chaque année à un joueur qui illustre le mieux l’esprit de combat et le désir de compétition de Fred Hutchinson.

Après avoir raccroché ses crampons, Olerud et sa femme, Kelly, se sont installés dans l’état de Washington, d’où il est originaire, avec leurs trois enfants : Garrett, Jordan et Jessica. En 2003, ils ont créé la fondation Jordan pour aider financièrement d’autres parents d’enfants ayant des besoins spéciaux. Leur fille, Jordan, est née avec une anomalie chromosomique rare connue sous le nom de trisomie 2p, 5p-.

« Lorsque j’ai appris que j’allais être intronisé au Temple de la renommée du baseball canadien, j’ai été très surpris. C’était tellement inattendu », a déclaré Olerud. « Je suis très honoré d’avoir été sélectionné. »

Duane Ward

Sélectionné en première ronde, au neuvième rang, lors du repêchage de 1982 par les Braves d’Atlanta, Duane Ward a été échangé aux Blue Jays de Toronto en retour de Doyle Alexander le 6 juillet 1986. De 1988 à 1992, le lanceur droitier a excellé dans son rôle de releveur spécialiste de la huitième manche, formant la paire la plus performante et la plus adulée avec Tom Henke, membre du Temple de la renommée du baseball canadien depuis 2011.

À ses cinq saisons à principalement mettre la table pour le releveur numéro un, Ward n’a jamais fait moins de 64 présences au monticule ou lancer moins de 101 manches. En 1991, le travailleur acharné a été le plus utilisé de la Ligue américaine, montant sur le monticule 81 fois, retirant 132 frappeurs sur des prises et lançant 107 manches et un tiers. Il a terminé au neuvième rang dans la course au Cy Young. L’année suivante, il a terminé la campagne avec la meilleure moyenne de points mérités de sa carrière, 1,95, en 79 présences. Il a aidé les Blue Jays à gagner leur première Série mondiale.

Après le départ de Hemke en tant qu’agent libre après la saison 1992, Ward s’est vu décerner le rôle de releveur numéro un. Il a terminé la première année dans ce rôle avec 45 sauvetages, un sommet dans l’Américaine, et 70 matchs terminés. Il n’a permis que 49 coups sûrs et retiré 97 frappeurs sur des prises en 71 manches et deux tiers. Grâce à ces données, il a été élu sur l’équipe d’étoiles et a terminé cinquième pour les votes au Cy Young. Ses 45 sauvetages et 70 parties terminées en une campagne demeurent à ce jour un record e concession. Il a une fois de plus aider les siens à remporter une deuxième Série mondiale de suite.

En 1992 er 1993, Ward a été à son meilleur lors des séries d’après-saison. En Série mondiale, il a fait huit apparitions, compilant un dossier de 3-0 et enregistrant une MPM de 1,13, retirant 13 frappeurs sur des prises et récoltant deux sauvetages.

En neuf saisons au total avec les Jays, Ward a monté 452 fois sur le monticule, le deuxième plus haut total de l’histoire de l’équipe. Il arrive également au deuxième rang pour les victoires sauvegardées (121) et les matchs terminés (266).

Depuis sa retraite en tant que joueur, Ward fait plusieurs présences en tant qu’ancien dans des événements caritatifs. Il est également l’un des instructeurs présents aux cliniques de l’Académie des Blue Jays et de la fondation en plus d’appuyer la Fondation Alomar.

« Lorsque j’ai été informé de mon intronisation au Temple de la renommée du baseball canadien, la seule chose que j’ai ressentie, à l’époque, fut un grand bouleversement intérieur. Puis après quelques minutes de réflexion, j’ai été submergé d’un flot d’émotions », a déclaré Ward. « Je ne saurais trop dire à quel point je suis profondément honoré de faire partie de la cuvée des intronisés du Temple de la renommée du baseball canadien pour 2020. Je tiens à remercier tous mes coéquipiers, tous mes entraîneurs et tous ceux qui m’ont aidé au fil des ans. Et je ne saurais oublier ma famille et mes amis qui m’ont soutenu sans condition, je leur dis merci, sachant très bien que ce ne sera jamais suffisant. À mes collègues intronisés, “Félicitations”. »

Jacques Doucet

Né à Montréal en 1940, Jacques Doucet a décrit en français des matchs du baseball majeur pendant quatre décennies et plusieurs Québécois sont tombés en amour avec ce sport grâce à lui.

Doucet a d’abord été affecté à la couverture des Expos de Montréal pour le compte du journal La Presse dès l’arrivé du club et jusqu’en 1971. Il a débuté sa carrière de descripteur à la radio francophone des Expos en 1972 et a maintenu le fort pendant 33 ans. Au cours de sa carrière, il a décrit les matchs les plus historiques de la franchise montréalaise dont le match parfait de Dennis Martinez, membre du Temple de la renommée du baseball canadien depuis 2016, réalisé le 28 juillet 1991. Pendant plusieurs années, il a aussi décrit les séries d’après-saison et les Séries mondiales, toujours en français.

Lorsque les Expos ont quitté pour Washington après la saison 2004, Doucet a trouvé du travail comme descripteur des matchs des Capitales de Québec de la Ligue Can-Am de 2006 à 2011. Au mois d’août 2011, il a effectué un retour dans le baseball majeur en devenant le descripteur des matchs des Blue Jays au réseau TVA Sports. Il occupe toujours ce poste aujourd’hui.

En tout, Doucet a décrit plus de 5500 matchs de baseball des Ligues majeures au cours de sa carrière. Le Temple de la renommée de Baseball Québec lui a ouvert ses portes en 2002 et celui des Expos en 2003. L’année suivante, il était le récipiendaire du prix Jack Graney, remis annuellement par le Temple de la renommée du baseball canadien à un membre des médias.

L’année dernière, il était du nombre des huit finalistes au prix Ford C. Frick du Temple de la renommée à Cooperstown.

Doucet a également été un fervent partisan du baseball au niveau local au Québec. En tant qu’ambassadeur de Baseball Québec, il a été un partisan actif dans de nombreuses activités de financement pour les équipes du baseball mineur de la province. Il a également été membre du bureau de direction de la Ligue de baseball junior élite du Québec de 2004 à 2010, en plus d’avoir participé aux Jeux d’été du Québec à Longueuil en 2014

« Je suis profondément honoré d’être admis au Temple de la renommée du baseball canadien. Malgré le prix Jack Graney reçu en 2004, je ne pouvais, en toute honnêteté, dire que j’étais un membre à part entière du Temple. Cette nouvelle, avec la médaille d’honneur de l’Assemblée nationale du Québec, sont les deux plus grands honneurs que j’ai reçus. J’aimerais remercier tous les partenaires avec qui j’ai eu le privilège de travailler au cours de toutes ces années et qui ont rendu ceci possible. J’aimerais remercier les membres du comité de sélection du Temple de rendre cette journée possible, » a dit le futur intronisé, Jacques Doucet.