Nom : Pedro Martinez
Élu le 1er février 2018
Intronisation : 16 juin 2018
le 25 octobre 1971 à Manoguayabo, République dominicaine
Position : lanceur
Frappe de la droite
Lance de la droite
Carrière : 1992 à 2009
Équipes : Dodgers de Los Angeles, Expos de Montréal, Red Sox de Boston, Mets de New York, Phillies de Philadelphie

Né à Manoguayabo en République dominicaine en 1971, Pedro Martinez a signé avec les Dodgers de Los Angeles en tant qu’agent libre en 1988. Il a surtout été utilisé comme releveur au cours des deux premières saisons avec les Dodgers avant d’être échangé aux Expos le 19 novembre 1993 contre Delino DeShields.

C’est avec la formation montréalaise que sa carrière a vraiment décollé. Membre clé de la rotation des Expos en 1994, alors que l’équipe avait une avance de six parties en tête de la division Est de la Ligue nationale lors du déclenchement de la grève qui allait annuler le reste de la saison et la série mondiale, Martinez allait devenir le pilier de cette équipe. Après avoir récolté 14 victoires et maintenu une moyenne de points mérités de 3,51 en 30 départs en 1995, il a été invité à son premier match des étoiles en 1996. Cette année-là, il a gagné 13 matchs et retiré 222 frappeurs sur des prises en 216 manches et deux tiers.

C’est plutôt la campagne 1997 qui restera en mémoire. En plein cœur de l’ère des stéroïdes et que les statistiques offensives explosaient, Martinez a compilé un dossier de 17-8 et a mené la Ligue pour la moyenne de points mérités (1,90). C’est aussi lui qui a complété le plus de matchs dans la Nationale (13), obtenu la plus haute moyenne WAR (9,0) et ses 305 retraits sur des prises ont battu un record de concession. Ainsi, il est devenu le premier et seul lanceur des Expos à se voir octroyer le trophée Cy Young.

Malheureusement, en raison des contraintes budgétaires de l’organisation, les Expos l’ont échangé aux Red Sox de Boston la saison suivante. En quatre campagnes avec les Expos, Martinez a compilé une fiche de 55-33, soit une moyenne de victoires de ,625 (deuxième meilleure moyenne de l’histoire des Expos). Sa moyenne de points mérités de 3,06 le place au cinquième rang chez les Expos, sa moyenne WAR (20,1) au troisième et les 843 retraits sur des prises au quatrième.

Il a continué de dominer avec les Red Sox pendant sept ans, obtenant la meilleure MPM de la Ligue à quatre reprises et se méritant deux autres trophées Cy Young. Alors que Martinez et les Red Sox gagnaient une série mondiale pour la première fois en 86 ans, en 2004, il a salué les partisans des Expos lors d’une entrevue télévisée :

« J’aimerais partager ceci avec les gens de Montréal qui n’auront plus d’équipe maintenant, a-t-il dit. Mon cœur et ce championnat sont pour eux, aussi ».

Un geste que les partisans des Expos n’ont jamais oublié.

Invité au match des étoiles huit fois, Martinez a complété sa carrière de 18 saisons avec les Mets (de 2005 à 2008) et avec les Phillies (2009). En carrière, il a enregistré 219 victoires, maintenu une moyenne de points mérités de 2,93 et est l’un des quatre lanceurs à avoir terminé sa carrière avec plus de 3000 retraits sur des prises (total de 3154 pour Martinez) et moins de 1000 buts sur balles (total de 760 pour Martinez). C’est sans surprise qu’il a été intronisé au Temple de la renommée à Cooperstown en 2015.

Martinez a aussi grandement contribué à plusieurs causes. Pendant plus de dix ans, le centre communautaire Pedro Martinez a été en opération en République dominicaine au profit des jeunes défavorisé âgés de 6 à 17 ans. Martinez organise également deux événements caritatifs à Boston chaque année (Feast with 45 et le gala annuel Pedro Martinez) pour aider les jeunes de son pays.

« Lorsque Scott Crawford, du Temple, m’a appelé pour dire que j’allais être du groupe d’intronisés en 2018, je me suis senti honoré, flatté et un peu surpris. Lorsque tu joues, tu ne t’attends pas à te retrouver ici. Je vis chaque jour comme si c’était un rêve. J’étais si fier de jouer au baseball chaque jour et si chanceux, comme joueur, d’avoir été accueilli les bras ouverts pour le Canada et les États-Unis. Ces deux pays m’ont donné la chance de pratique le sport que j’aime tant, » a dit Martinez.

« Même si je n’ai joué que quatre saisons avec les Expos, les partisans m’ont toujours fait sentir important, apprécié et aimé. Il y a une grosse dose d’amour et de respect entre moi et les partisans des Expos. J’aimerais remercier les gens qui ont voté pour moi. Merci à tous les membres du Temple de la renommée et musée du baseball canadien. Je ne serais pas ici sans mes coéquipiers et ma famille. C’est tout un honneur de devenir le cinquième dominicain à être intronisé, après Vladimir Guerrero, Felipe Alou, Tony Fernandez et George Bell »

« Je désira aussi féliciter chaleureusement les autres intronisés de l’édition 2018, Lloyd Moseby et Bill Humber. J’ai hâte de vous voir en juillet. »